Textes
(sélection)

CAROLE BOULBES – 1999

Dalbis,
Du temps de la peinture au défi

 

Etre ou ne pas être anachronique...
Quand le monde semble pris d'une frénésie de communication simultanée , quand ubiquité rime avec " flux tendu " et immédiateté , l'acte de peindre ressemble à un défi .

Les valeurs consignées dans les mots sont étranges : "perdre son temps "ou le " prendre ", le temps est un objet à la fois pris et perdu pour le sujet . La peinture est une présence-absence. Patiemment , le peintre enchâsse le temps pris et gagné dans chacune de ses toiles .

Souvent , pour comprendre l'alchimie d'une peinture, le revers est aussi important que l'avers . Ce qui se cache dans les marges , au dos du tableau compte autant que la face visible de la toile : titres ou chiffres , initiales ou dates . Pour Eric Dalbis comme pour Robert Ryman , le comment de la peinture compte plus que le quoi peindre .

Pour nos regards d' "homme approximatif ", la couleur reste à jamais indéchiffrable . Qelle est donc cette teinte que je ne saurais nommer ?
Suffit-il de dire que le peintre emploie du rouge et du jaune de cadmium , du bleu outremer et céruléum , du vert émeraude et de chrome ?

Dissonantes ou harmonieuses , les strates de rose , de vert , de jaune et de bleu créent des couleurs fluides et légères comme des voiles de Morris Louis , lumineuses et intenses comme " l' algama " que Daniel Arasse croit percevoir dans les oeuvres de Rothko .

Nulle dégoulinure , nul effet de brillance dans ce jeu haptique de la couleur . La sensation semble apprivoisée . Sous les aplats quasi géométriques qui pourraient évoquer les recherches d'Albers , les teintes vives ont l'air de surgir par effraction dans le bord flou des bandes .

Jouer avec la transparence de la peinture à l'huile tout en respectant les temps " de séchage ", c'est opter pour la lenteur et retourner aux sources même du médium , avec des formats presque carrés ou de grands rectangles qui favorisent l'immersion rétinienne dans la couleur .